Les réseaux de chaleur

Dans un contexte de forte dépendance en énergie et d'épuisement des dernières ressources fossiles, l'un des axes majeurs de la politique énergétique nationale prévoit de porter à 33% la part des énergies renouvelables dans notre consommation d'énergie finale d’ici 2030.


Le chauffage représente une part particulièrement importante dans les budgets de fonctionnement et d’investissement des bâtiments publics, il est donc particulièrement important de mener une réflexion sur le recours à des sources énergies renouvelables pour les usages énergétiques liés au chauffage et l'eau chaude sanitaire.

Les réseaux de chaleur et de froid permettent aux collectivités territoriales de verdir la consommation énergétique de ses bâtiments. Ils constituent un vecteur indispensable pour exploiter massivement les énergies renouvelables telles que la biomasse, la géothermie profonde, ou l’énergie de récupération issue du traitement des déchets.

Les réseaux alimentés majoritairement par des énergies renouvelables ou fatales bénéficient d’aides dédiées comme le "Fonds Chaleur" géré par l'ADEME, la TVA à taux réduit sur la fourniture de chaleur ou les Certificats d’Économies d’Énergie (CEE). Parmi le dispositif des CEE, il y a notamment des aides (définies par des fiches d’opérations standardisées) pour le raccordement de bâtiments à un réseau de chaleur ainsi que de valorisation des réseaux de chaleur.